Un événement à partager, une question.

 

  • 28/01/2013
    On creuse la question : TV connectée, on en est où ? (1/2)

    Il y a un an, nous nous interrogions déjà sur la TV connectée et avions publié un Panorama de la Plaine sur ce sujet. La TV connectée, c’est quoi exactement ? Quelles sont les opportunités et les défis ? Quels usages peuvent être anticipés ? Autant de questions auxquelles nous avons tenté de répondre. Mais, un an après, où en sommes nous ?

    Finalement, un an après notre premier état des lieux, les choses ont peu évolué. Le marché demeure toujours aussi fragmenté, aucune solution de navigation ni de contrôle ne semble s’imposer et les usages demeurent balbutiants, sans parler des questions du cadre juridique ou du modèle économique sous-jacentes. L’entrée du monde du Web dans celui de l’audiovisuel n’est pas non plus anodin…

    De nombreux acteurs poursuivent leur positionnement stratégique pour remporter la « bataille du living room ». Les géants du Web, les constructeurs, les télécoms et FAI, ou encore les producteurs de contenus étoffent leur offre et poursuive les améliorations technologiques. Le téléviseur connecté était d’ailleurs encore l’une des « stars » du CES 2013 : certains répondent à la voix, aux gestes, d’autres s’allument par la reconnaissance faciale et tous proposent de véritables centres multimédias. Le téléviseur devient de plus en plus « intelligent ».

    Néanmoins, il reste majoritairement en-dehors des foyers français. Il y aurait actuellement environ 60 millions de téléviseurs en France. 20 millions des foyers seraient équipés de TV connectables mais seuls 4 millions de téléviseurs seraient connectés (source).

    Les Français accèdent majoritairement à la TV connectée via l’offre des FAI. Elle est également accessible via des boîtiers OTT, certaines consoles de jeux ou directement via le téléviseur avec les Smart TV. Tous ces acteurs ont commencé par déployer leur propre norme propriétaire. Si un pas vers la standardisation des plateformes est perceptible (avec la norme HBBTV ou la Smart TV Alliance), il y a encore un long chemin à parcourir ! Ça ne vous rappelle rien ? Nous sommes dans la même situation qu’au début des années 2000 sur le marché du mobile : trop de technologies différentes pour les développeurs, rendant difficile la mutualisation des développements. Une rationalisation vers 3 ou 4 écosystèmes majeurs devraient finir par se profiler.
    Le défi principal posé par l’arrivée des TV connectées concerne plutôt la simplicité de navigation. Il faut repenser les interfaces d’interaction entre l’écran de télévision et l’utilisateur pour les rendre accessibles à tous de manière intuitive. Télécommande, interface gestuelle ? De la simplicité de navigation dépendra le succès de la TV connectée auprès du grand public.

    Diverses interfaces d’interaction sont déjà sur le marché. Il est même possible de trouver une  baguette magique Kymera qui permet de contrôler son téléviseur par de simples gestes. Au-delà du côté anecdotique, la télécommande de demain devra réellement être une baguette magique permettant à l’utilisateur d’accéder à tous les contenus de manière simple et intuitive.

    Les « second screen apps » s’imposent de plus en plus comme levier de croissance de la TV connectée. Selon la 2ème vague de l’Observatoire CSA-NPA de la TV connectée, 74% des internautes français utilisent au moins occasionnellement un 2ème écran en parallèle de la consommation TV. Et la proportion reste de 66% si l’on considère uniquement ceux qui en ont un usage au moins hebdomadaire. Les applications mobiles liées à la télévision sont de plsu en plus nombreuses : les app de TV discovery (GetGlue…), les réseaux sociaux existants (twitter…), les apps TV Shows (American Idol, Sons of Anarchy, The Voice…), mais aussi les apps provenant des marques. Le second écran pourrait également devenir une télécommande pour médias connectés.

    Et si les démocratisations de la TV connectée et de la maison connectée étaient intimement liées ? C’est peut-être dans le cadre d’un foyer entièrement connecté, où objets, appareils ménagers et écrans sont reliés, que la TV connectée pourrait prendre tout son sens comme écran principal de la maison. Lors du Web’12, les équipes de France Télévisions avaient mis au point un appartement témoin futuriste autour de la maison connectée. Le téléviseur était au centre : un petit robot en carton communiquant avec le téléviseur qui permet aux parents d’établir à l’avance un programme pour leurs enfants; une peluche Emilie qui permet, lorsqu’elle est posée sur un coin de la table, de déclencher le programme auquel elle est liée; une table basse Ikea, développée par Sensorit en partenariat avec le CEA, qui vise à remplacer la télécommande…

    Les enjeux à surmonter avant de voir une réelle démocratisation de la TV connectée demeurent donc. Deux défis majeurs : standardiser les normes techniques et développer des interfaces de navigation et de contrôle ergonomiques et intuitives. Le rôle des start-ups pourraient s’avérer crucial dans cette recherche de la « killer app » qui amènera la TV connectée au cœur des salons. Comment se positionnent ces jeunes entreprises sur ce marché naissant ? Quoi de mieux que d’en discuter avec les intéressées pour le savoir ?! Blaise Kremer, dirigeant de Novastream, nous explique dans cet entretien comment sa société perçoit et aborde ce marché.

  • Aucun commentaire

    Laissez votre commentaire





    *