Un événement à partager, une question.

 

  • 16/12/2011
    La réalité augmentée aujourd’hui et demain, partout et pour tous (1/2)

    La réalité augmentée apparaît comme l’une des principales innovations numériques des années à venir. En pleine phase de maturation, des obstacles demeurent encore à surmonter avant son adoption de masse par les utilisateurs. Toutefois cette technologie a déjà envahi de nombreux domaines et possède de forts potentiels, tant en termes de marché que d’usage. Elle pourrait même devenir la prochaine interface utilisateur pour l’information. La réalité augmentée est en effet bel et bien sortie des laboratoires. Industrie, santé, commerce, marketing, tourisme, jeu vidéo, culture, art… autant de secteurs qui intègrent déjà la réalité augmentée.

    La réalité augmentée est un concept qui s’appuie sur un ensemble de technologies destinées à enrichir la perception d’une personne vis-à-vis de son environnement réel. Il s’agit généralement de la superposition d’images de synthèse en temps réel (texte, pictogramme, objets 3D, vidéo) sur des images réelles. Liée à la 3D, à la géolocalisation, à la reconnaissance d’image, au multitouch ou encore à la technologie des capteurs, la réalité augmentée a pu émerger grâce à la démocratisation des smartphones, périphériques idéaux loin des solutions lourdes et coûteuses de l’industrie. Désormais, elle est déjà dans une phase d’industrialisation qui lui a ouvert de nouveaux horizons dans tous les secteurs de notre quotidien.

    Encore « confidentielle » il y a  quelques années, la réalité augmentée envahira bientôt le monde réel en superposant des informations virtuelles dans notre réalité quotidienne. Elle est en passe d’être acceptée par le grand public d’ici quelques années (5 à 10 ans selon le Hype Cycle 2011 de Gartner) et offre toujours plus d’opportunités aux différents secteurs d’activités qui s’en sont d’ores et déjà saisis.

    L’industrie de la réalité augmentée est positionnée sur un marché à la croissance exponentielle. Si aujourd’hui, seul 0.1% de la population mondiale utilise des produits de réalité augmentée, d’ici 5 ans, 1% de la population utilisera ce type d’application. Le marché des applications de réalité augmentée, estimé à 181,25 millions de dollars en 2011 par MarketsAndMarkets, devrait ainsi atteindre 5,15 milliards de dollars en 2016 ! Les applications sur smartphones représenteraient la plus grosse part du revenu suivi par les applications sur tablettes. Juniper Research ou ABI Research émettent des estimations plus basses mais qui témoignent également d’une croissance exponentielle du marché de la réalité augmentée sur mobile. Les principaux acteurs sur ce marché sont Total Immersion (France), Metaio (Allemagne), Wikitude (Autriche), Zugara (Etats-Unis), and Layar (Pays-Bas).

    De nombreux outils de développement d’applications sont mis à disposition et l’open source représente un véritable moteur de déploiement pour la réalité augmentée. Layar  est, par exemple, une application plateforme ouverte aux développeurs.

    Ainsi, la réalité augmentée possède un fort potentiel. Il reste certains défis à relever (question des standards, obstacles socioculturels, sécuritaires et légaux, freins technologiques…) mais les derniers accomplissements réalisés laissent envisager un avenir radieux pour cette industrie.

    Prenons l’exemple des freins technologiques et des lacunes des périphériques de vision actuels en termes d’ergonomie et de confort d’utilisation, ainsi qu’en termes d’efficacité.  Les chercheurs de l’Université de Washington, en partenariat avec l’Université finlandaise Aalto, travaillent actuellement sur un prototype de lentilles de contact permettant d’afficher des informations à destination de leur porteur, par le biais de la réalité augmentée. Et les dernières avancées témoignent d’un projet qui pourrait devenir concret puisque des test menés sur des lapins ont démontré l’absence de dommage oculaire. La question du confort des utilisateurs de réalité augmentée est un enjeu majeur pour une adoption de masse de cette technologie. Si des lentilles de contact à réalité augmentée n’émergeraient que dans un avenir lointain, d’autres équipements adaptés à son utilisation arrivent sur le marché ou sont en cours de développement. Les lunettes sont le support privilégié par les constructeurs. La marque Vuzix commercialise par exemple déjà les STAR 1200, des lunettes affichant du contenu en réalité augmentée sur des écrans transparents qui font office de verres. D’autres sociétés développent ce type de produit, comme Docomo. La société canadienne Recon Instruments propose des lunettes de ski qui permettent aux skieurs de cumuler et voir des données relatives à la vitesse, l’altitude, la hauteur, la distance, de voir des cartes des pistes préchargées, l’analyse des sauts ou encore la navigation GPS pour savoir où ils se trouvent sur la piste. D’autres lunettes existent et possèdent des applications spécifiques, comme l’AIRscouter de la société NEC, commercialisé par Brother, qui s’affiche comme une solution professionnelle permettant aux travailleurs ayant besoin de consulter une grande masse de documents, de pouvoir le faire aisément sans avoir à tenir dans leurs mains les manuels. Une commercialisation avec une ouverture sur des applications « grand public » est également prévue. Autre exemple, Essilor travaille sur le développement de lunettes à réalité augmentée à destination des déficients visuels. D’autres projets vont encore plus loin, comme l’UI-ART, un prototype de lunettes, développé par les chercheurs de l’Université finlandaise Aalto, capable de détecter des visages, d’identifier les individus et d’afficher à leur porteur des informations détaillées concernant les personnes identifiées.

    D’ici la disponibilité de solutions optimales pour l’utilisateur, les smartphones et les tablettes devraient continuer à porter la démocratisation de la réalité augmentée avec des processeurs de plus en plus puissants et des plateformes hardware de plus en plus intégrées (GPS, accéléromètre, boussole, caméra, capteurs…). Certains smartphones intègrent même désormais directement l’utilisation de la réalité augmentée comme le le Bold 9790, équipé de la dernière version BlackBerry OS 7. De plus en plus la tendance est au déplacement de la fonction vers le matériel. Total Immersion est en train de travailler avec Intel pour intégrer les caractéristiques de la réalité augmentée, comme la reconnaissance des gestes, dans les chipsets d’Intel. Cela rendra la réalité augmentée plus rapide à utiliser pour les consommateurs et pourrait stimuler l’acceptation de la nouvelle technologie auprès des utilisateurs.

    Les différents obstacles au développement du marché de la réalité augmentée et à son appropriation par le « grand public » ne sont pas rédhibitoires et seront réduits ou éliminés à court ou moyen terme.

    La réalité augmentée devrait faire partie de notre quotidien dans un avenir plus ou moins proche et perdre définitivement son image de « gadget ».

     

  • Aucun commentaire

    Laissez votre commentaire





    *